La pêche blanche – La danse juive

Deux textes de Lise Tremblay.

La pêche blanche – Simon et Robert sont deux frères séparés par les années qui ne communiquent que par quelques lettres. Robert enseigne la littérature au Québec, près de la demeure familiale. Il est marié à une femme qui ne comprend pas sa fascination pour le Saguenay. Simon s’est éloigné de la famille et profite de la vie facile de San Diego. Il s’embauche sur des chantiers et occupe ses soirées à lire les œuvres que lui envoie son frère. Les deux hommes sont réunis par le même mépris pour leur père, un homme dur et mauvais. Quand celui-ci meurt, les deux frères se retrouvent.

La danse juive – À Montréal, une jeune femme obèse est accompagnatrice dans une école de danse. Piètre musicienne, elle accepte néanmoins des remplacements. Depuis toujours, elle cherche à se couper de sa mère, de son père célèbre qui les a abandonnées mais dont elle suit toute la vie dans les magazines à scandale. Son obésité la hante, elle l’accepte, elle la renie. Plus que tout, elle veut fuir le mépris, la pitié.

*****

Deux textes très courts, et heureusement… À les lire, il semble que la vie est bien moche, qu’il fait toujours froid, que le monde ne renferme que des êtres ratés. Félicitations à l’auteure qui sait très bien mettre en mots la misère humaine. Mais après deux livres d’elle, je vais passer à des lectures plus légères.

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *