A Midsummer Night’s Dream

Pièce de théâtre de William Shakespeare.

À Athènes, Thésée s’apprête à épouser Hippolyte, reine des Amazones. Toute la ville est en fête. De leur côté, Hermia et Lysander aimeraient se marier, mais le père de la jeune fille l’a promise à Demetrius, dont Helena est éperdument amoureuse. Lysander a beau plaider sa cause, tout semble vain : « You have her fathers’love, Demetrius : Let me have Hermia’s. Do you marry him. » (p. 48) Résolus à échapper à la tyrannie paternelle, Hermia et Lysander s’enfuient. Dans la forêt où ils décident de passer la nuit, ils sont rejoints par Demetrius qui poursuit Hermia et Helena qui poursuit Demetrius.

Alors que les humains se prêtent au jeu délicat de l’amour, le roi de la Forêt, Obéron, décide de se venger de son épouse, Titania, qui a contrarié un de ses projets. Par un sort, il la condamne à tomber follement amoureuse du premier être qui croisera son regard. À son réveil, la belle reine des fées aperçoit Bottom, artisan qui répète une pièce pour le mariage royal. Mais Bottom est loin d’être beau : le valet d’Obéron, Puck, l’a changé en âne pour lui jouer un tour.

Et, par erreur, Puck a administré un autre sort à la mauvaise personne : voilà que Lysander et Demetrius poursuivent de leurs ardeurs la vilaine Helena, laissant la belle Hermia désespérée dans les sombres profondeurs de la forêt.« O weary night ! O long tedious night, / Abate thy hours, shine comforts from the East, / That I may back to Athens by daylight / From these that my poorcompagny detest. » (p. 96) Heureusement, dès les premières lueurs de l’aube, les tourments de la nuit disparaissent comme un vilain rêve.

Dans cette pièce, Shakespeare s’amuse à chahuter les histoires d’amour et surtout les femmes qui sont les pigeonnes de la farce : Titania s’éprend d’un âne, Hermia est délaissée au profit d’une plus vilaine qu’elle et Thisbé, dans la pièce jouée en l’honneur du mariage de Thésée et Hippolyte, vit un amour malheureux.« Cupid is a knavish lad / Thus to make poor female mad. » (p. 96)

La tragédie sur les amours malheureuses de Pyramus et Thisbé est une mise en abyme à la fois réussie et hilarante. Les artisans qui la mettent en scène et incarnent les personnages sont des amateurs sans talent, ni finesse. Le drame devient bouffon quand un des personnages est obligé de se déguiser en mur pour représenter un mur, et même un trou dans le mur.

L’intrusion du monde magique des fées dans le monde rationnel des humains est permise par l’arrivée de la nuit, domaine du rêve et de l’incertitude. Après le lever du soleil, c’est à peine si l’on entend le facétieux Puck qui nous présente ses excuses, comme une voix lointaine venue du fond des songes.

Chaque fois que je relis cette pièce, je m’amuse toujours autant et je me régale avec l’anglais si désuet et archaïque de Shakespeare. Voilà un morceau à déclamer pour bien ressentir tout le rythme d’un texte parfaitement versifié et rimé.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *