Elle s’appelait Sarah

Roman de Tatiana de Rosnay.

Julia Jarmond est chargée par son directeur d’écrire un article sur la rafle du Vel d’Hiv. Très vite, elle s’investit corps et âme dans les recherches, découvrant l’horreur des arrestations, la séquestration dans le grand stade couvert, la première déportation jusqu’aux camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande, la séparation des familles, le départ pour Auschwitz. Elle découvre que sa belle-famille est de très près liée à ce moment douloureux de l’histoire française. Julia part à la recherche de Sarah Starzynski, une fillette de 10 ans. Et elle néglige son époux et son mariage.

C’est une belle histoire. La construction des premiers chapitres est intéressante. On navigue entre deux époques: juillet 1942 et juillet 2002. La deuxième moitié du roman est une enquête sur les traces de la petite Sarah. J’ai trouvé quelques essoufflements par moments, mais dans l’ensemble le texte est bien écrit et facile à suivre.

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire