Les amants du Tage

Roman de Joseph Kessel.

Antoine a tué sa femme après l’avoir trouvée dans les bras d’un autre. Il est acquitté. Kathleen a poussé son époux du haut d’une falaise. Elle fuit, se croyant hors de tout soupçon. C’est à Lisbonne, au son d’un fado, qu’ils se rencontrent. Entre eux, l’amour n’est que doute et questionnement. Un enquêteur de Scotland Yard se sert de leurs crimes respectifs pour les amener à se détruire l’un l’autre.

Bof. La jalousie hystérique et vociférante n’est pas de mon goût. J’ai eu la constante impression que l’auteur n’était pas capable de finir ses phrases, a fortiori ses chapitres. On passe d’un moment à un autre par des hiatus pleins d’une brusquerie qui frôle avec la grossièreté. J’apprécie la concision, pas l’avarice de mots. Lu très vite, à oublier très vite. On ne peut pas écrire Le lion tous les jours.

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire