Cercueils sur mesure

Roman de Truman Capote.

Le narrateur, T. C., retrace ses entretiens avec Jack Pepper, détective au State Bureau of Investigation. Dans un état de l’Ouest américain, plusieurs meurtres non élucidés rassemblent toute l’attention du professionnel. Les victimes ont reçu avant de mourir un petit cercueil en bois contenant une photo d’eux. Les morts sont violentes: attaque de crotales bourrés d’amphétamines, incendie, décapitation par fil de fer. Pour Jack Pepper, il n’y a qu’un coupable et il s’agit de Bob Quinn, le propriétaire du florissant B. Q. Ranch que traverse la Rivière Bleue. Ce cours d’eau est le point commun entre toutes les victimes et Jack Pepper est bien décidé à ne recenser aucune autre mort violente.

Le sous-titre du roman est « Récit véridique non-romancé d’un crime américain. » Avant même d’entamer la lecture, le doute s’installe: fiction ou réalité? Les initiales du narrateur, T. C., sont aussi celles de l’auteur. Les détails qu’il donne de son quotidien, les noms qu’il cite correspondent à la vie de Capote. Cette histoire est une sordide affaire d’argent et tout est tellement plausible qu’on ne sait plus où on met les pieds. Le livre se referme avec son énigme. Le coupable n’est pas découvert. Mieux encore, la suite de l’affaire n’est pas contée. Le récit s’achève quand Jack Pepper prend sa retraite.

J’ai vraiment apprécié la construction du récit d’après les notes du narrateur. Les dialogues sont transcrits comme des répliques de théâtre. Le texte est très court mais il tient en haleine jusqu’au bout! Premier livre de Truman Capote que je lis, mais certainement pas le dernier !

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *