Les neuf vies de Dewey

Témoignage de Vicki Myron, avec la collaboration de Bret Witter.

Vicki Myron a écrit un livre sur son chat Dewey Readmore Books, qui a vécu une existence pleine d’amour et d’attention dans la bibliothèque de Spencer en Iowa. Son témoignage était resté plusieurs semaines dans la liste des meilleurs best-sellers américains éditée par le New York Times.

Dans ce deuxième livre, elle rassemble neuf histoires de chat : des histoires d’amour entre l’homme et l’animal, des exploits incroyables mais le plus souvent des miracles quotidiens. « Ce n’est pas un livre de contes de fées, c’est un recueil d’histoires vraies, qui témoigne de la façon dont les humains vivent avec les chats. » (p. 32)

Ce livre est loin de briller par la qualité de son style. Vicki Byron est directrice de bibliothèque, pas auteure. Et l’aide de son co-auteur n’était pas superflue. Je soupçonne en outre la traduction de pécher par endroits. Mais le style n’est pas tout! Les histoires sont là et l’émotion aussi. Vous me direz que c’est facile de tirer des larmes en parlant de jolis minets et de gentils matous, en évoquant les histoires d’amour intenses qui les unissent à leur maître. Et oui, c’est très facile et ça marche. J’ai pleuré comme une madeleine devant ces histoires de sacrifice et de reconnaissance. « Un lien particulier se tisse avec l’animal que vous avez sauvé. […] Les animaux ne connaissent pas l’ingratitude. » (p. 113) Et c’est vrai. Pour venir d’une famille qui a recueilli plusieurs chats et chiens, je peux témoigner que le lien qui se crée est à l’épreuve du temps et de la distance.

L’auteure tisse de nombreux parallèles entre son histoire avec Dewey et celles des autres personnes qu’elle évoque. Finalement, si tous les récits d’amour entre humains et animaux se ressemblent, ils sont tous uniques. Le texte ne me laissera pas un souvenir indélébile en termes de style mais j’en garderai une émotion sans cesse renouvelée par les grands yeux humides de mon chien et de mon chat.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire