Les voyages de Gulliver

Roman de Jonathan Swift.

Voyages dans plusieurs régions éloignées du monde par Lemuel Gulliver est le titre complet de ce récit de voyage. Gulliver, médecin de formation, embarque à plusieurs reprises sur des navires marchands et, suite à des avanies ou des trahisons, échoue sur les côtes de territoires inconnus peuplés de civilisations extraordinaires. À Lilliput, il rencontre des êtres si petits qu’il pourrait les glisser en ses poches. À Brobdingnag, c’est lui qui rentre dans les poches. À Laputa, il découvre une île volante qui se déplace grâce à la force conjuguée d’un aimant et d’un socle de diamant. Balbinarbi abrite une académie de savoirs hétéroclites. Glubbdubdrib et Luggnagg ont tout autant de mystères et de prodiges à présenter. Fidèle sujet du royaume anglais, il est convaincu que son pays surpasse en toute chose les autres territoires. Ce n’est que chez les Houyhnhnms qu’il prend en horreur le genre humain et s’entiche des chevaux, race qu’il estime être la plus évoluée et la mieux civilisée.

Gulliver a le goût du voyage et de la découverte. Mais le voyage en lui-même n’est jamais qu’un moyen, au demeurant très court : les périples en mer ne durent que quelques pages voire quelques paragraphes avant le naufrage ou le débarquement. Une fois rendu sur place, Gulliver ne voyage plus, il découvre et compare. L’Angleterre est son pays de cœur, mais il n’y reste jamais. Il soupire après sa terre natale dès qu’il en est éloigné, mais il reprend la mer dès qu’il a rejoint les rivages de la grande Albion. Ainsi qu’il le dit, « [sa] soif de découverte, malgré [ses] infortunes passées, restait aussi vive que jamais. » (p. 220) Gulliver n’ignore rien des dangers au devant desquels il s’élance en reprenant la mer. Mais c’est son récit a posteriori qui en témoigne. Dans son dernier voyage, Gulliver a risqué plus que sa vie : il a mis sa raison et son identité au pilori.

D’un monde à l’autre, Gulliver compare toute chose à l’univers dont il est issu. Les mesures et disproportions sont sujets d’émerveillement dans les deux premiers pays qu’il découvre. Mais chaque retour au pays est l’occasion de quelques paragraphes cocasses dans lesquels on découvre que Gulliver a bien du mal à retrouver la normalité de son univers. Pétri et parfois acquis aux découvertes qu’il a faites en terre inconnue, il pose sur son univers le regard d’un étranger.

Jonathan Swift emprunte à de nombreux genres littéraires pour composer son texte : le récit de voyage est une trame générale dont les ressorts sont déviés et nourrissent le ton parodique et satirique. Le conte philosophique croise le récit de mœurs et l’étude sociale. La volonté encyclopédique et linguistique affrontent le traité spirituel et mystique. Jonathan Swift n’a de cesse de faire répéter à Gulliver ses bonnes intentions. Le héros est précis et consciencieux dans les descriptions qu’il donne, même pour les sujets les plus ingrats : « J’espère que l’indulgent lecteur me pardonnera de m’attarder sur ce genre de détails qui, même s’ils semblent insignifiants aux esprits vulgaires ou serviles, enrichiront sans doute les pensées et l’imagination du philosophe au progrès de la vie publique et privée. » (p. 151)

L’auteur glisse entre les lignes des critiques plus ou moins subtiles sur la société de son temps, sur les ennemis de l’Angleterre ou certaines professions dont il dresse des portraits peu flatteurs (avocats, médecins, etc.) Sympathisant des Whigs, il ne cache pas un certain mépris pour la noblesse: « Un corps faible et maladif, une physionomie décharnée, une complexion jaunâtre sont les signes distinctifs d’un sang noble ; un aspect sain et robuste est chose si honteuse chez un homme de qualité que le monde est aussitôt persuadé que son père était un valet ou un cocher. » (p. 340) Néanmoins, Gulliver ne manque jamais de présenter ses plus profonds respects aux monarques des peuples chez qui il séjourne. Aussi affable et sociable que soit le personnage, il est impossible de ne pas déceler en lui un fond de rouerie et une capacité hypocrite à tirer le meilleur parti de toute situation.

Gulliver est un héros ambigu. Il découvre et expérimente de grandes choses : en ce sens, il se démarque du reste de la société humaine. Mais, tout en clamant sa bonne foi et en insistant sur la pureté de ses vertus, il démontre à plusieurs reprises qu’il est doté d’un orgueil susceptible et qu’il est assez peu capable de tolérance : en bon occidental conquérant qui se respecte – et bien que le terme soit anachronique – Gulliver témoigne de l’ethnocentrisme dont font preuve les explorateurs et les colonisateurs. Il réduit tout à sa personne et à son univers. Même s’il est avide d’apprendre la langue des peuples qu’il traverse, il ne s’en sert pas pour échanger, mais plutôt pour se convaincre que sa raison est la meilleure. Heureusement, Jonathan Swift rabat le caquet de cet odieux petit personnage en le confrontant à une civilisation où le cheval est roi et où l’homme n’est qu’un infâme animal.

Voilà un texte absolument délicieux ! La finesse de la critique n’entrave pas l’humour et la qualité du récit est indéniable. Si Jonathan Swift, en bon anglais, porte de nombreux coups de griffe à la France, il n’épargne pas non plus l’Angleterre et la satire n’en a que plus de poids. C’est un texte à faire lire aux adolescents. La langue est certes soutenue et il faut souvent se référer aux notes en fin d’ouvrage, mais ce roman a de quoi séduire les lecteurs avides d’aventures et de mondes extraordinaires.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire