Harry & Hopper

Album jeunesse de Margaret Wild et Freya Blackwood.

Hopper est le nouveau chien de la maison. C’est le meilleur ami d’Harry. Le garçon et le chien  sont inséparables. Mais un jour : « One afternoon when Harry came home from school, there was no Hopper waiting by the gate. No glad yelping. No loving lick of the tongue. » Le chien est parti pour toujours et Harry traîne sa peine en silence.

Mais voilà que la nuit, au creux des rêves, Hopper revient pour une dernière partie de balle avec son ami. C’est seulement alors qu’Harry peut le laisser partir. « Goodbye, Hopper, said Harry softly. »

Bon, vous vous en doutez, une histoire pareille m’a fait pleurer à gros bouillons. C’est immanquable : un chien qui meurt et c’est les grandes eaux chez Lili Galipette. Il faut dire que c’est ancré dans le réel et que les souvenirs affluent toujours en masse. Bref ! J’ai adoré les dessins griffonnés et crayonnés : l’illusion du mouvement est impressionnante. Et le côté brouillonné laisse une certaine place à la pudeur des larmes. C’est peut-être une interprétation un peu trop alambiquée pour un album jeunesse, mais je le ressens ainsi.

C’est une très jolie histoire et qui peut aider un enfant à comprendre et dépasser le deuil. Mais à ne pas lire tout seul !

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire