Les merveilles

Roman de Claire Castillon.

Évelyne est une enfant qui croyait à la famille. Et un jour, son père attache Lulu, son chien adoré, à l’arrière de la voiture. Et il démarre, traînant l’animal sur des centaines de mètres, pour lui apprendre à ne plus aboyer. De ce jour, Évelyne garde une rancœur envers son père et une violence qui s’exprime un jour contre sa mère, à coups de marteau. Évelyne a cédé aux cloches qui retentissent dans sa tête, elle a cédé au besoin et au plaisir de faire mal. « Quand je faisais du mal, ça me faisait du bien. » (p. 32) Et ce plaisir ne s’éteindra pas : Évelyne devient savamment et perversement sadique. « Je jouissais pour de bon dans son mal. Le plaisir, ça m’avait bien secouée, mais le plaisir à faire du mal, ça devenait mille fois meilleur et ce serait ma façon d’aimer. » (p. 80)

Désormais, son seul amour, son seul ami, c’est Lulu, chien sourd et estropié. À lui, elle dit tout et pour lui, elle accepte tout. Ce chien martyr est le dernier lien qui la rattache à la normalité. « C’est sûr que Lulu, c’est impeccable au niveau des barricades de protection, c’est la palissade devant le vide. Sans lui, je saute. Mais l’homme, ça va être un gros aspect de ma question désormais. Ce sera le balcon, je poserai les pieds dessus et des fois, ça tiendra, des fois pas. » (p. 55) Car à treize ans, Évelyne s’est découvert une passion pour les hommes et le sexe.

Adulte, même mariée au gentil Luiggi, pizzaïolo sans histoire, et mère d’une petite Ophélie, Évelyne reste dérangée. À tous, elle fait croire qu’elle est technicienne de surface. Mais en vrai, elle est escort girl et plus clairement, elle fait la pute dans tous les quartiers de Zurich. Au-delà du sexe, c’est l’argent qu’elle aime : « S’il y a quelque chose à propos de quoi je peux philosopher seule, c’est de mon plaisir respiratoire quand je tâte des billets. C’est comme un coussin brodé. » (p. 126)

Un jour, Évelyne rencontre Daniel et pour lui, elle devient Lulu. C’est d’abord l’amour fou. Il est idéaliste et très intelligent et elle s’abreuve de ses mots, encore et encore. Jusqu’au trop plein, jusqu’au ras-le-bol. Ensuite ? Que sonnent les cloches… Luiggi n’est pas si mal, finalement. « Luiggi et son terre à terre, c’est l’amarrage. Et quelquefois, la corde au cou, c’est comme une laisse, ça rassure. » (p. 188) Mais l’issue ne sera pas rassurante, ni douce, ni merveilleuse.

Je n’ai pas aimé ce roman. La vulgarité et l’obscénité écœurent à toutes les pages. La scène initiale avec le chien est insoutenable (crise de larmes pendant une heure au bout de 5 pages, c’est malin !) L’anecdote de la mère bouchée du cul (l’auteur dit « rond », mais le pléonasme répété est irritant) tourne d’abord au bouffon, puis au dégoût. Entre pornographie, sadisme, scatologie et vénalité, j’ai trouvé le style de l’auteure et le sujet trop racoleurs. Pourtant, j’aurais pu m’identifier à la douleur de cette gamine qui voit son chien martyrisé. Mais non, le personnage est trop dérangé et trop peu crédible. J’ai entendu beaucoup de bien de ce roman et je m’interroge : l’immondice est à ce point vendeuse ?

Ce contenu a été publié dans Mon Enfer, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire