Le retour à la terre – Intégrale 1

Bande dessinée de Manu Larcenet (dessins) et Jean-Yves Ferri (scénario). Ce volume intégral rassemble les albums La vraie vie, Les projets et Le vaste monde.

« Un jour, Mariette et moi on en a eu marre de la ville. Alors on a loué un camion pour mettre nos cartons et on est partis vivre aux Ravenelles… Les Ravenelles, c’est chouette, c’est la campagne et il y a des arbres, des fleurs, et des oiseaux… À l’arrivée, nous attendait Monsieur Henri. Il nous a gentiment tendu les clés… » Changer d’air et d’horizon, c’est une bonne idée. Mais la transition est parfois douloureuse pour un jeune scénariste de bande dessinée drogué à l’urbanisation. « Pourtant, en quittant Juvisy, j’étais sûr de moi. Pour cette vie à la campagne, j’avais tout prévu. Sauf la panne de barrette mémoire Sushiba® référence DDR-333. » (p. 169)

La vie à la campagne, en pleine nature, devient une découverte et un émerveillement de chaque instant, avec cependant quelques ratés à l’allumage. « Je vois un Virgin Megastore® là-bas !!! / Ah non… ici on appelle ça un silo à grains. » (p. 55) Pourtant, qu’on les regarde de Juvisy ou des Ravenelles, certaines choses ne changent pas. Mariette veut un bébé, Manu veut un potager. Et Manu trouve la boulangère jolie. Manu a le blues à la fin d’un projet. Manu a trouvé un nouveau psy. Et Mariette veut un bébé. Mais Manu a un nouveau projet de bande dessinée : dessiner son arrivée aux Ravenelles et sa nouvelle vie à la campagne. Cela s’appellera le retour à la terre. Il montrera les cartons qui traînent depuis l’emménagement, Madame Mortemont et sa bêche, le maire et son affiche pour la foire aux cochons, l’ermite dans son arbre, etc.

Dans le format du comic-strip américain, Manu Larcenet dessine la vie rurale de Manu Larssinet. Autobiographie non dissimulée et assumée, le retour à la terre est bourré d’humour, de bons mots et de situations cocasses et désopilantes. C’est aussi un hommage à la nature, mais sans lyrisme : Juvisy manque parfois au coeur du nouveau campagnard, mais celui-ci n’avouera jamais ouvertement qu’il aime les sous-bois, l’herbe trop haute et l’air pur. Cette bande dessinée offre un excellent divertissement tout en abordant quelques thèmes majeurs de l’âge adulte : le rapport aux parents, le projet de bébé, le retour aux sources, etc. À lire, ne serait-ce que pour en rire.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire