Le silence de la mer

Roman de Vercors.

Dans une demeure sur le bord de mer, un vieil homme et sa nièce doivent subir l’occupation allemande en la présence de Werner von Ebrennac. « Cela était naturellement nécessaire. J’eusse évité si cela était possible. Je pense que mon ordonnance fera tout pour votre tranquillité. » (p. 22) Devant l’intrus, l’homme et la jeune fille observent un silence farouche. Mais l’Allemand est un être poli, cultivé, amoureux de la France. Il comprend que ses hôtes ne peuvent résister à l’invasion qu’en se taisant. « Je suis heureux d’avoir trouvé ici un vieil homme digne. Et une demoiselle silencieuse. Il faudra vaincre ce silence. Il faudra vaincre le silence de la France. Cela me plaît. » (p. 32) Alors, l’officier parle chaque soir et déclare son amour pour le pays occupé, sans s’offusquer du silence qui pèse chaque jour un peu plus.

De son côté, le vieil homme ne veut pas offenser l’officier allemand, mais lui et sa nièce se doivent de rester fidèles à un idéal de liberté face à celui qui incarne l’ennemi. Et c’est d’autant plus difficile de poursuivre ce silence quand l’ennemi se révèle humain, humaniste et généreux. Finalement, les seuls mots qui seront prononcés seront dits trop tard pour tous.

Superbe récit sur l’amitié entre les peuples, au-delà des guerres et des idéologies délétères. Je me rappelle avoir vu un téléfilm adapté de cette histoire. Impossible de me souvenir des acteurs, mais j’avais aimé ce récit et je m’étais promis de le lire. C’est chose faite et c’est un plaisir infini. De cet auteur, je vous conseille aussi Les animaux dénaturés, ou comment le chainon manquant entre l’homme et le singe peut poser de grands problèmes.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire