L’Iliade et l’Odyssée d’après Homère

Bande dessinée de Soledad Bravi.

Cet ouvrage rassemble les illustrations parues dans le magazine Elle au cours des étés 2013 et 2014. L’auteure s’est amusée, avec talent et humour, à revisiter l’Iliade et l’Odyssée. Vous pensiez que la mythologie était barbante ? Que nenni, vous allez vous bidonner !

L’Iliade, c’est le récit de la guerre de Troie qui oppose Grecs et Troyens, tout ça à cause d’une pomme d’or, de trois déesses vaniteuses et d’un berger qui enlève la femme du roi de Sparte. « Quand Pâris voit Hélène, il en tombe fou amoureux : La vache, la bombasse. Hélène ne reste pas insensible au charme de Pâris : Je suis grave in love. » (vignettes 94 et 95) Oui, je schématise, mais tout le monde connaît cette histoire, ses héros – Achille, Hector, Ulysse – et sa fin, précipitée par le cheval de Troie introduit dans la ville.

L’Odyssée, c’est le long voyage entrepris par Ulysse pour rentrer chez lui, à Ithaque, où l’attendent Pénélope et Télémaque. Mais Poséidon est furieux que le Grec ait crevé l’œil de son fils, le Cyclope. Il sème donc moult embuches sur le chemin du retour. Ulysse affronte la magicienne Circé, les sirènes ou la colère d’Helios. Pendant ce temps, depuis vingt ans, Pénélope repousse les avances de nombreux prétendants qui profitent largement des richesses d’Ithaque. Quand Ulysse rentre chez lui, il est pas vraiment content. « Bande de sagouins ! Vous pillez ma maison ! Vous draguez ma femme ! » (vignettes 151 et 152) Avec son fils Télémaque, il met bon ordre à tout ce bazar.

Couverture intérieure de l’album

Soledad Bravi connaît ses classiques et ses belles lettres. Elle a un vrai talent pour vulgariser sans appauvrir et pour alléger sans dénaturer. Les deux récits d’Homère sont des textes dramatiques, lourds de morts et de destins cruels : l’auteure préserve cette veine tragique, mais en saupoudrant un peu de fun et de lol sur tout ça, ce qui donne un ouvrage didactique et accessible. En somme, c’est une très bonne introduction à la mythologie grecque !

Les illustrations, pointues et simplistes, manquent sans aucun doute de finesse et de détails, mais elles ont le mérite d’aller à l’essentiel tout en restant fidèles à la lettre. Voici donc une bande dessinée très sympathique, drôle et parfaite pour réviser son grec en bullant à côté de la piscine.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire