Délicieusement désinvolte

Album de Morgane Badaboum.

Morgane est une jeune illustratrice. La trentaine, pas grande, pas mince, pas polie et plein d’autres choses encore. Un chat la suit partout et lui ressemble beaucoup, en plus poilu. Morgane est très douée pour faire les pâtes, et c’est déjà pas mal. Pour le reste, heureusement, elle est très bien entourée. « Allô Maman ? Tu peux me rappeler comment on fait des œufs durs ? » (p. 28) Morgane est sympa, elle partage ses trucs de fille et astuces beauté. Ça peut toujours servir, mais à vous de voir si vous ne craignez pas les effets secondaires. Les banquiers, les paniers en ligne et les moustiques sont les ennemis mortels de Morgane. Heureusement, il y a les vacances, la mer, les balades. Bref, tout ce qui compose la vie banale et palpitante d’une jeune femme moderne.

Les planches de cet album sont plaisantes et font sourire. Le coup de crayon de l’illustratrice est intéressant, mais j’ai hélas le sentiment d’avoir déjà tout vu/lu dans ce registre. D’autres dessinatrices sont passées par là avant et ont épuisé le sujet. Je ne donne pas de nom, vous voyez très bien de qui je parle. Parmi les illustrations de Morgane Badaboum, j’ai de très loin préféré les œuvres de street art : à partir d’une fissure dans le béton, d’une tâche ou d’un nuage, elle crée un personnage inattendu et attachant. Délicieusement désinvolte est un petit ouvrage charmant, mais dont je doute de garder un souvenir éclatant.

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire