La P… respectueuse suivi de Morts sans sépulture

Pièces de Jean-Paul Sartre.

La P… respectueuse – Lizzie Mac Cay est une prostituée qui a subi des violences de la part du neveu d’un sénateur et de ses amis. Un Nègre en cavale lui demande sa protection. Il est poursuivi pour le crime qu’a subi Lizzie et il lui demande de rétablir la vérité quand la police et la famille du sénateur Clarke l’interrogeront. Mais ces derniers tentent d’arracher à Lizzie une fausse déposition. Pour eux, une prostituée voire une femme vaut à peine mieux qu’un noir et la seule façon qu’elle a de gagner un peu d’estime est de vendre un être plus pitoyable qu’elle. La brusquerie et la vulgarité dont tous font preuve à l’égard de Lizzie et du Nègre finissent par avoir raison des résolutions de la prostituée, qui finit par accepter que soient achetés son mensonge et son silence. Fred, le neveu du sénateur, ne peut se défaire de l’attirance qu’il éprouve pour elle même s’il la déteste de l’avoir ainsi attaché : « Qu’est-ce que tu m’as fait ? Tu colles à moi comme mes dents à mes gencives. Je te vois partout, je vois ton ventre, ton sale ventre de chienne, je sens ta chaleur dans mes mains, j’ai ton odeur dans les narines. J’ai couru jusqu’ici, je ne savais pas si c’était pour te tuer ou pour te prendre de force. Maintenant, je sais. (Il la lâche brusquement.) Je ne peux pourtant pas me damner pour une putain. »

Jean-Paul Sartre a écrit cette pièce très peu de temps après la Seconde Guerre Mondiale. La haine raciale est alors une composante affligeante de la société américaine. La puissance du langage et les annotations scéniques font de cette pièce un concentré de haine et de violence, mais aussi d’émotion et de révolte. Le dégoût qu’éprouve Fred au sujet des Noirs et de la prostitution s’exprime par un dégoût des odeurs: ça pue le nègre et ça pue le vice.

J’ai toujours été interloquée par le titre et les points qui remplacent le mot complet. Censure de la part de l’éditeur peut-être, mais il me semble que c’est aussi une façon de montrer que la personne au-delà du mot qui la désigne est innommable. La juxtaposition du mot « putain », lourd d’opprobre et de sous-entendus négatifs, avec le qualitatif « respectueuse » est un des plus bels oxymores de la littérature. Inutile d’en dire davantage, le titre se vend tout seul et les trois points en disent beaucoup.

Morts sans sépulture – Lucie, Henri, François, Sorbier, Canoris ont été arrêtés par la milice en raison de leurs activités au sein de la Résistance. Ils attendent qu’on vienne les chercher, terrifiés par les séances de torture à venir, les séances où on leur demandera où est leur chef, Jean. Mais Jean est pris à son tour. Ils sont alors six à se regarder dans ce grenier, à se dire des vérités. Pire que les souffrances infligées par leurs geôliers, la présence des autres devient insupportable pour chacun.

Terrible confrontation ! Les bourreaux ne sont pas les miliciens qui ne sont que de falots personnages. Ce sont les alliés qui se détruisent les uns les autres. Déchirés par le poids de leur secret, ils tentent de défendre leurs idéaux jusqu’au bout, jusqu’à l’agonie. Chacun résiste différemment à la torture :du plus vieux qui ne crie pas au plus jeune qui sait qu’il craquera en passant par la femme qui ressort souillée, les victimes deviennent coupables et assassines.

Loin des images héroïques des résistants, Jean-Paul Sartre sert des personnages torturés au plus profond de leur être, des êtres faibles et faillibles, des hommes en somme, des hommes à qui l’impossible ne peut pas être demandé, des hommes qui, très humainement, tentent de sauver la vie encore un peu avant de renoncer.

Je n’aime Sartre qu’en dramaturge, ses romans ne me touchent pas. Mais ses pièces ! Je n’ai jamais eu la chance de voir ces pièces sur scène, mais je ne doute pas que les représentations doivent être à la limite du soutenable.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire