Céanothes et Potentilles

Roman de Martine Pagès.

Blanche est vendeuse de fleurs. Blanche a quarante ans. Blanche se désespère autant de ses kilos superflus que de ses centimètres manquants. Blanche est seule, dans un petit appartement. Elle n’a que ses fleurs, toute sa vie sur un balcon. Ses petites journées étriquées se partagent entre un emploi qu’elle aime au sein d’une équipe qui la méprise, et des trajets en train qu’elle tente de rendre dramatiques pour en supporter l’interminable lenteur et les innombrables retards. Blanche cherche l’amour, le sel qui manque à sa vie. Alors il y a Anthony, le voisin de palier. Il y a ses yeux bleus et son blouson de cuir. Il y a son incessant et assourdissant silence. Pour attirer son attention, Blanche monte à l’assaut de sa porte close, à grand renfort de tintamarre et de tenues affriolantes.

Aux premières lignes, j’ai craint une histoire sur une célibataire pimpante, qui assume ses kilos et son addiction au chocolat à tartiner et à la vodka. J’ai craint une bluette insupportable dans le genre de celles que vit Bridget Jones. Rien de tout ça. Blanche est une héroïne attachante et inquiétante tout à la fois. Sa folie amoureuse, presque adolescente, pour le bel indifférent fait froid dans le dos. Ses plans, simples, sont dérisoires. Elle sait qu’elle se lance contre un mur et elle accepte de s’y briser. Elle sait qu’elle ne croit pas vraiment que son entreprise de séduction va aboutir. Et c’est terriblement bouleversant.

Son langage, tout en expressions désuètes et réflexions désabusées, est digne des grandes amoureuses littéraires. Anthony est là, sur son palier. Il donne un visage et des yeux bleus à l’amour, mais plus que l’homme, c’est l’amour qu’elle aime, c’est l’amour qu’elle veut. Sur les rythmes d’Elvis et de la Môme, elle vit une passion transfigurée.

La préface de Philippe Leroy-Beaulieu, singulier et émouvant poème, est à lire et à relire en épilogue, en épitaphe.

Les céanothes, les potentilles, les impatiences, les hortensias, les luzernes, les rosiers, les pétunias, les bégonias nains, les thuyas, les lavandes, les pivoines, les ficus, les lilas, les coquelicots, les pissenlits, les chrysanthèmes composent une symphonie florale, colorée et parfumée qui accompagne les malheurs de Blanche. Loin d’être un fastidieux cours de botanique appliquée, ce roman se grignote page après page, s’effeuille, passionnément, à la folie.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire