L’ours, histoire d’un roi déchu

Essai de Michel Pastoureau.

Michel Pastoureau écrit l’histoire culturelle de l’ours. Si l’Afrique avait le lion et l’Asie le tigre, l’Europe occidentale a eu pendant des siècles son fauve bien à elle, l’ours. Depuis le Paléolithique, l’ours est au centre des représentations et de l’imaginaire humain. Les hommes partagent alors les grottes, lieux inquiétants mais aussi sanctuaires, avec les ours. Les hommes n’y vivent pas mais ils viennent y peindre des images rupestres lourdes de sens, mettant en scène l’humain face à l’animal. Plus tard, les cultes ursins se sont abondamment développés dans la Rome et la Grèce antiques avec le culte d’Artémis, déesse des animaux sauvages, mais surtout dans les contrées germaniques et scandinaves, où l’ours était entouré de rituels initiatiques de combat, de mise à mort et d’incarnation. Les chansons de geste et les romans de chevalerie regorgent de hauts faits d’armes menés contre les ours. Le fauve est alors un présent royal, échangé entre monarques européens, pièce maîtresse des ménageries royales et symbole du pouvoir. L’ours entre dans l’héraldique et l’iconographie comme le symbole de la force et du courage d’une lignée. De tout temps, des légendes ont consacré l’ours comme l’animal le plus puissant du monde, mais aussi comme un prédateur sexuel amateur de jeunes filles humaines. Les récits de rapts et de viols de jeunes femmes par des ours, les légendes d’accouplements contre-nature et de procréation d’êtres monstrueux foisonnent dans l’imaginaire antique et médiéval.

« À sa force musculaire exceptionnelle, l’ours ajoute une résistance à la fatigue et aux intempéries qu’aucune autre espèce européenne ne possède. L’ours paraît insensible au froid, à la pluie, à la neige, au vent, à l’orage. […] Mais, d’une manière générale, il semble venir à bout de toutes les forces hostiles de la nature et mépriser toute forme de danger. Aucun animal ne lui fait peur, pas même les plus gros sangliers qu’il rencontre dans les bois et qui engagent parfois un combat contre lui pour s’emparer d’une proie, encore moins les meutes de loups affamés qui, l’hiver, l’attaquent à quinze ou vingt et tentent de le déchiqueter. L’ours n’a peur de rien et est, de fait, pratiquement invincible. » (p. 56) L’ours n’a qu’un seul prédateur, l’homme. Et ce prédateur, après avoir usé d’armes et de pièges, a réussi le tour de force de réduire cette brute animale à presque rien, uniquement par la force de l’esprit et du verbe.

L’Église chrétienne a très tôt vu d’un mauvais œil le culte rendu à cet animal surpuissant et a tout fait pour dénier la ressemblance anthropomorphique entre l’ours et l’homme: la bête est aussi habile que l’homme, elle s’assoit, se tient debout et peut descendre une paroi dos au vide. Au fil des siècles, les théologiens et pères de l’Église se sont appliqués à remplacer toutes les fêtes païennes liées au culte ursin par des fêtes chrétiennes dédiées à des saints dont le nom est en rapport avec l’ours, de façon étymologique, légendaire ou historique (Ursule, Valentin, Bernard, Martin, etc.) Les récits hagiographiques montrent l’ours dompté par le saint: l’homme de Dieu est plus fort que la bête la plus puissante du monde animal. L’ours entre ensuite dans le bestiaire infernal du Diable, en devient son attribut principal voire sa représentation la plus courante. « Il incarne presque tous les vices et toutes les forces du Mal. » (p. 154)

L’éradication de l’ours est passée par l’avènement d’un nouveau roi des animaux, le lion, « vedette de toutes les traditions écrites, qu’elles soient bibliques, grecques ou romaines. » (p. 123) C’est ainsi que, dans le Roman de Renart, le roi des animaux est le lion Noble alors que Brun (ou Bernard) n’est qu’un animal stupide, constamment humilié et victime du goupil. « Désormais, pour les contes et les fables comme pour les proverbes et les images, l’ours sera le plus souvent une créature grossière, solitaire, irascible et bornée. » (p. 221)

L’ours passe également de bête royale à bête de cirque et devient un attribut voire un accessoire des forains ambulants et des bateleurs. Enchaîné, affublé d’atours ridicules et d’une muselière, l’ours devient une marionnette pitoyable qui danse et jongle sur les places des marchés. Il finira au zoo, derrière des grilles, soumis aux regards des curieux. Dans la vénerie et l’art noble de la chasse aristocratique, l’ours perd sa place au profit d’un autre animal royal, le cerf. Les naturalistes de toutes les époques, comme Pline l’Ancien ou Buffon, ont toujours été incapables de faire entrer le fauve dans leurs classifications.

Mais si l’ours n’incarne plus la brutalité et la puissance, il trouve d’autres incarnations. Au tout début du XX° siècle, il devient le compagnon privilégié des enfants américains puis du reste du monde. Teddy Bear, Baloo, Winnie the Pooh, Paddington et Petit Ours Brun ont rendu à l’ours une place de choix dans le coeur des hommes, une place faite de tendresse et de possessivité. « Les hommes et les ours ont toujours été inséparables, unis par un cousinage progressivement passé de la nature à la culture, et ils le sont restés jusqu’à l’époque contemporaine. » (p. 332)

La composition du nom de l’ours est passionnante. La racine indo-européenne du mot ours [art-] s’est déclinée en de nombreuses autres racines dans les langues issues de ce berceau linguistique : [arct-], [ars-], [ors-], [urs-] et a donné des noms propres comme Artémis, Arcadie, Arthur, Orson, Ursula, etc. La racine germanique et saxonne [ber-], déclinée en [bern-], [bero-], [beorn-], [per-], [pern-], a donné des noms comme Adalbert, Bernard, Berne, Berlin, etc. Mais l’ours est aussi nommé d’après sa couleur, le brun, ce qui donne Bruno ou Brunehilde.

Cet essai est passionnant et il se lit sans aucune difficulté. Michel Pastoureau, spécialiste des symboles, sait vulgariser avec talent les sujets les plus pointus et les plus originaux. Cette histoire culturelle de l’ours se lit comme un polar où l’ours passe du statut de héros à celui de coupable et de victime. La bête superbe a presque disparu des contrées françaises et européennes. Le texte de Michel Pastoureau lui rend comme un dernier hommage.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire