Des adhésifs dans le monde moderne

Roman de Marina Lewycka. À paraître le 6 avril 2011, titre original We are all made of glue.

Georgie Sinclair est légèrement désemparée quand elle aperçoit la vieille Mrs Naomi Shapiro, fouiller la benne à ordures dans laquelle elle a jeté toutes les affaires de son époux. Quelques jours plus tard, c’est dans la cohue des promotions de fin de journée d’un supermarché londonien que Mrs Shapiro s’impose dans le quotidien morne de Georgie. Quand la vieille dame entre à l’hôpital, Georgie se retrouve avec sept chats et une baraque croulante et malodorante sur les bras. À cela s’ajoutent une paire d’agents immobiliers aux méthodes plus que douteuses, des agents des affaires sociales à la probité incertaine et trois artisans palestiniens qui ne jurent que par le PVC.

« Le durcissement de l’adhésif est le passage de l’état liquide à l’état solide. Quelquefois, la science du collage est d’une évidence accablante. » (p. 278) Moins évident que sa quatrième ne le laisse supposer, ce roman n’est pas une simple farce sur les relations humaines. Les aléas sociaux font ici se rencontrer des êtres singuliers et a priori sans point commun. Comme dans beaucoup de romans, me direz-vous. Oui, mais si on y croise des pots de colle, des sangsues, des grappins et du velcro, on ne dit pas que tout ce petit monde vivra en bonne intelligence. « Peut-être que si l’on réussissait à améliorer la cohésion humaine, les autres détails – les lois, les frontières, la Constitution – se régleraient d’eux-mêmes. Il suffirait de trouver l’adhésif le mieux adapté aux supports. La clémence. Le pardon. Si seulement ça existait en tube. » (p. 436) Seulement voilà, ça n’existe pas en tube et le mieux est encore de s’accrocher comme on peut les uns aux autres. Parce que vivre seul n’est pas possible. Affronter le temps, le Jugement dernier, les fissures dans le salon et les crottes de chat dans l’entrée, ça demande un peu d’aide. Et c’est avec brio que l’auteure balance de grands seaux d’humour décapant qui ne laissent aucune place aux sentiments sirupeux. Ici ne valent que les affections franches et nourries d’indépendance. Vivre à la colle, oui ! S’encroûter, non  !

Georgie, que chatouille le désir d’écrire mais qui ne produit que de minables bluettes aux asphyxiantes odeurs de rose, travaille pour la revue Adhésifs dans le monde moderne. On en douterait, mais la colle et ses déclinaisons ont leurs aficionados. Loin d’être un catalogue ou un précis de chimie, le roman souligne que la méphitique colle de poisson ou la super glu répondent à un même besoin : faites que ça tienne ! Pour se rassurer devant l’échec de la cohésion sociale, on peut toujours sourire devant un carreau qui tient sur le mur.

L’arrière-plan historique évoque sans s’embourber les grèves de mineurs, les déportations nazies et le rêve sioniste. Le conflit israélo-palestinien s’incarne dans quelques personnages, mais il ne s’agit pas de réécrire l’histoire, ni de croire béatement aux lendemains qui chantent. Marina Lewycka ne décrit que des destins particuliers et des  aspirations minuscules. Pour commencer une chaîne, il ne faut que deux maillons et chacun est appelé à être polymère dans un monde en construction, à la condition expresse de ranger l’optimisme niais au placard. On peut tendre la main à la vieille folle du bas de la rue sans verser dans le lacrymo-social.

Ici, la famille éclatée, voire atomisée, et on se demande quel est le ciment qui en redressera les murs. L’époux et le père se dissimulent derrière des façades éclatantes mais branlantes. Les enfants, chacun à leur manière, sont des étoiles filantes que rien ne retient mais qui laissent des traînées persistantes. Les femmes, notamment Georgie en mère paumée et épouse larguée, sont impuissantes devant la ruine du foyer familial. Mais la conclusion est optimiste : plutôt que d’acheter du neuf, il vaut mieux réparer ce que l’on a déjà. Recoller les morceaux, comme on dit.

Des adhésifs dans le monde moderne se lit avec fascination. Marina Lewycka louvoie à merveille dans les eaux troubles du romantique et du bien-pensant. Le roman emprunte à la comédie de mœurs, à la satire et au vaudeville. Sans être inutilement truculent, le langage est drôle et précis et c’est sans ambages qu’on appelle un chat… un chat !

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *