L’avant-dernière chance

Premier roman de Caroline Vermalle.

À Londres où elle est stagiaire sur un plateau de tournage, Adèle reçoit un texto de son grand-père à l’occasion de son vingt-troisième anniversaire. Charmante attention, mais pour le moins étonnante puisque le vieil homme est décédé un mois auparavant. Commence alors le récit des dernières semaines de l’existence de Georges Nicoleau qui, avec son voisin et ami Charles, a décidé de faire le Tour en France. Il n’est pas question d’exploits sur la petite reine, mais d’une virée en Renault Scénic. « C’était la dernière chance de quitter la scène avec un grand coup de chapeau. Il n’avait même pas besoin d’être grand, le coup de chapeau. Juste digne. Et le bonhomme, juste debout. » (p. 36)

Alors que sa fille Françoise ne cesse de s’inquiéter pour sa santé, Georges est bien décidé à laisser ses rhumatismes et douleurs au genou auprès de ses charentaises et de se payer une dernière tranche de vie. Seule concession à cette folie douce, il doit envoyer un texto à Adèle tous les soirs. De simplement informatifs, les SMS échangés entre l’aïeul et la jeune fille prennent la couleur des confidences et des sentiments. « Je n’avais pas vu le temps passer. » (p. 212) Chacun comprend que demain sera peut-être trop tard pour partager un lien.

Le Tour de France des vieux Georges et Charles est une dernière chance de vivre vraiment avant la mort. La cure de jouvence est bénéfique aux deux hommes, mais ce sont les SMS échangés avec Adèle qui redonnent à Georges le plus de vigueur. Ça et Giselle, la sœur de Charles… Ce premier roman nous rappelle à nous, jeune génération, qu’il ne faut pas enterrer nos vieux trop tôt, ni rester figé sur une image d’eux. À tout âge, les générations peuvent se surprendre et surtout se rencontrer. L’incompatibilité d’âge, ça n’existe pas !

Ponctué d’un passage désopilant sur l’écriture SMS vue par le vieux Georges, ce roman est surtout très tendre et émouvant. Avec un brin de magie à la sauce nouvelles technologies, je n’ai pas boudé mon plaisir !

L’avant-dernière chance a reçu le prix Nouveau Talent de la Fondation Bouygues Telecom-Metro : la condition de participation à ce prix littéraire est d’intégrer dans le texte le langage SMS et/ou les messageries instantanées. Nouveau mode épistolaire, ces échanges fondent une nouvelle langue avec ses propres codes. Caroline Vermalle m’a démontrée que le langage SMS peut prétendre à la littérature, même si je reste furieusement attachée à la bonne vieille grammaire française.

Vous pouvez retrouver l’auteure sur son blog.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *