Figures et formes de la décadence

Essai de Jean de Palacio.

La Décadence, également appelée esthétique de fin de siècle, s’illustre dans des motifs comme la décollation ou la femme dévorante. Le recours au merveilleux païen et la convocation d’antiques dieux déchus sont également des caractéristiques fortes de ce courant artistique qui mêle de nombreuses influences. « Cette loi de mosaïque et d’amalgame qui est une des caractéristiques de l’écriture décadente » (p. 81) compose des tableaux et des romans foisonnants, parfois inquiétants, souvent étranges. Et on retrouve des femmes fatales comme Salomé, Messaline ou Cléopâtre qui, loin de leurs antiquités, sont terriblement modernes.

La Décadence s’illustre également dans des figures et dans des lieux. « Le propre de la Décadence étant d’organiser son univers en espaces privilégiés qui constituent comme autant de catégories de l’imaginaire, toute approche critique de ce phénomène devrait, semble-t-il, prendre la forme d’une topologie plutôt que d’une thématique. » (p. 105) Cette esthétique présente des lieux toujours enclavés, surchargés et dénaturés : la chambre de Des Esseintes dans À Rebours en est un exemple frappant. L’artificialisation touche toutes les catégories du vivant et de la nature. Il n’est pas jusqu’à l’homme, et surtout la femme, qui dissimule sa nature sous le maquillage qui s’élève au rang d’art puisqu’il se veut la reproduction sublimée de l’apparence de la vie. « Cette femme fardée est un tableau vivant, un autoportrait constamment en train de se faire ou de se défaire. » (p. 152)

Les dernières parties présentent des écritures et des écrivains. Comment ne pas penser immédiatement à Joris-Karl Huysmans et à Oscar Wilde ? Mais il ne faut pas oublier les sources de ce genre littéraire, ni se limiter à ces auteurs. Évidemment, mon billet est bien maigre au regard de ce passionnant sujet et de l’admirable travail de Jean de Palacio. Mais j’aime lire un peu de théorie littéraire de temps en temps. Ça me rappelle mes terribles années de prépa. Et ma générosité est sans borne puisque je partage avec vous ces montagnes de connaissances !

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire