Billevesée du dimanche #63

Aujourd’hui, je veux vous faire découvrir un chanteur, Phil Ochs, que j’ai découvert grâce au roman de Stephen King, Cœurs perdus en Atlantide.

Phils Ochs a parfois été relié à Bob Dylan, mais sa carrière a été plus courte, notamment parce qu’il s’est suicidé à l’âge de 35 ans. Fort d’une sensibilité à fleur de peau, Phil Ochs s’est toujours élevé contre la guerre et l’asservissement des peuples. Farouche opposant à la guerre du Vietnam, il a milité avec des milliers de jeunes Américains pour faire cesser ce conflit meurtrier. Outre cette fibre pacifiste et cette sensibilité exacerbée, c’est l’humour du chanteur que j’apprécie particulièrement. Sans être bouffon ou comique troupier, il savait dénoncer avec finesse ce qui le révoltait.

Quelques titres que je vous conseille :

  • I ain’t marching anymore – Un soldat dit qu’il ne marche plus, qu’il ne croit plus aux appels à la mobilisation d’une civilisation qui ne cesse d’envoyer ses jeunes gens à la mort.
  • Bullets of MexicoUne ballade dénonçant les ravages de la révolution mexicaine.
  • Crucifixion – Une vision très personnelle de la création du monde, de la vie, de la mort et du sacrifice du Christ. Probablement une de mes chansons préférées de Phils Ochs.
  • Ballad of John Henry Faulk – Soutien à John Henry Faulk, journaliste qui a lutté contre les listes noires du maccarthysme, sur lesquelles il a été inscrites.
  • Santo Domingo – Phils Ochs raconte le débarquement des marines américains sur le sol de Saint-Domingue et comment cette arrivée bouleverse la vie paisible des locaux.
  • The Men Behind The Gun – Qui sont ces hommes qui tiennent des armes ?
  • What Are You Fighting For ? – Une chanson qui interroge sur le sens de l’engagement militaire.

Et pour une fois, ceci n’est pas une billevesée…

Ce contenu a été publié dans Mon Boudoir. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire