Les Naufragés de l’île Tromelin

Roman historique – documentaire d’Irène Frain.

L’Utile, vaisseau français fait naufrage aux abords de l’Ile des sables, réputée pour son récif corallien très dangereux. À son bord, un équipage français et une cargaison précieuse. Précieuse et illégale. Des esclaves noirs achetés à Madagascar. Les rescapés du naufrage comprennent vite que leur unique chance de survie est de quitter l’île au plus vite. Avec les débris de l’Utile, Blancs et Noirs construisent main dans la main un bateau pour s’enfuir. Mais le vaisseau est trop petit pour les embarquer tous. Le capitaine promet solennellement de revenir chercher les esclaves. Quinze ans après, on retrouve l’île et huit survivants, sept femmes et un bébé. Que s’est-il passé sur cette île ? Pourquoi les autorités françaises ont-elles tout fait pour empêcher le sauvetage des esclaves ? Ce drame éveille les consciences, notamment celle de Condorcet qui commencera sa lutte pour l’abolition de l’esclavage.

Dès le début, j’ai été décontenancée. Le personnage principal semble d’abord être l’île. Puis il semble qu’elle soit remplacée par le naufrage, lui-même supplantée par la survie sur l’île. Très difficile d’identifier la voix narratrice. On sait qu’elle se fonde sur des documents d’époque, mais elle semble polymorphe. Tantôt il semble que c’est l’écrivain de bord qui relate ce récit, tantôt on croit entendre le capitaine, ou bien un autre officier. Ce texte oscille entre documentaire et roman historique. Mais pour être le premier, il lui manque la précision des citations et des relevés. Et pour être pleinement le second, il lui manque le romanesque et les dialogues. Il est d’ailleurs assez pénible de voir s’enchaîner les descriptions et les analyses mentales des protagonistes sans que jamais une parole ne soit échangée. C’est un texte intéressant, mais qui manque de cohérence. Il est dommage que l’auteure n’ait pas pleinement assumé un genre, car il m’est très difficile au final de définir si j’ai aimé ou non ce livre. Je suis à la fois déçue par le documentaire et frustrée par le roman. Néanmoins, ce texte a pour lui de révéler le plus clairement possible un fait historique vraiment méconnu en tentant de réparer les erreurs et les fausses idées.

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire