Le monde de Sophie – Le mystère de la patience

Romans de Jostein Gaarder.

Le monde de Sophie

Sophie est une adolescente rêveuse très curieuse. Elle aime se réfugier avec son chat dans un buisson où elle laisse libre cours à ses jeunes réflexions. Un matin, Sophie reçoit une enveloppe. A l’intérieur, des cours de philosophie que lui adresse un mystérieux professeur. A la veille de ses quinze ans, elle est plongée dans un univers de découvertes et d’idées. Peu à peu, elle apprivoise ce monde fascinant. Sophie reçoit aussi de curieuses lettres, adressées à Hilde par un major de l’ONU. De nombreuses questions apparaissent: qui sont Hilde, le professeur, et même, qui est Sophie ?

Le mystère de la patience

Hans-Thomas part en Grèce avec son père pour retrouver Anita, sa maman. Durant le voyage, un nain offre à Hans-Thomas une loupe. Plus loin, un vieux boulanger lui offre un livre. Ce dernier contient toute l’histoire des ancêtres du petit garçon. Hans-Thomas découvre le secret des poissons rouge et de la limonade pourpre, le secret du jeu du Joker et la vérité sur son passé. Il comprend que la vie n’est qu’un grand jeu de patience où chacun à un rôle à tenir. Et il apprend qu’il y aura toujours un Joker pour réveiller les esprits et poser des questions sur le monde.

J’ai découvert Jostein Gaarder au lycée. Depuis j’ai relu ces deux livres plusieurs fois. Je suis à chaque fois touchée par la douce sagesse qui émane de ces lignes. Et ma fibre littéraire se nourrit des mises en abîme que l’auteur sait utiliser avec légèreté et intelligence. Je sais gré aux traducteurs de rendre le texte si accessible. Quand je pense aux heures de souffrance intellectuelle vécues en cours de philosophie pendant mes deux ans de prépa, je me rappelle que Jostein Gaarder est le premier à m’avoir fait aimer la discipline, et à raison.

À ceux qui n’aiment pas la philosophie ou qui gardent un vilain souvenir des cours du lycée, je conseille ces romans et leur approche toute en finesse d’une discipline qui peut faire peur.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire