Le camion électrique

Roman d’Alain Galindo.

Julien a inventé un camion électrique. Un camion géant. Un semi-remorque. Recouvert de panneaux solaires, le véhicule est censé capter la lumière pour en faire de l’électricité et produire ainsi son propre carburant, propre et économique. Mais les batteries de l’engin tombent en panne. Julien et son épouse Alice sont arrêtés au pied d’une butte, au bord d’une route où personne ne passe jamais. Cinq cent mètres derrière, il y a un village. Cinq cent mètres, ce n’est rien, à pied quelques minutes suffisent. Mais le semi-remorque qui n’avance désormais que d’un mètre par jour n’est pas prêt de l’atteindre. Pour tuer le temps, Julien ouvre, un peu par hasard, un commerce de boîtes de cassoulet et de bouteilles d’eau minérale, à bord de son camion. Les mercredi et samedi, il fait aussi la garde de tous les enfants du village. Alice se lasse de cette vie immobile, ou presque, pendant que Julien échafaude les solutions les plus folles pour faire bouger son camion.

Le début de l’histoire est charmant. Le personnage du savant fou dépassé par sa création est attachant, même si on aurait bien envie de lui secouer un peu les puces. D’emblée, je n’ai pas aimé le personnage d’Alice, l’épouse délaissée qui sacrifie son existence de mauvaise grâce aux projets délirants de son mari. Elle n’avait qu’à partir tout de suite la mijaurée!

Les derniers chapitres et la conclusion m’ont fortement déplu. Je n’ai pas compris le glissement depuis la fable sur la réussite personnelle et l’accomplissement de soi vers le conte gothique et l’apologue moralisateur, dans le genre de l’Ecclésiaste. Vanitas vanitatum omnia vanitas, oui, merci on le sait depuis longtemps.

Néanmoins, la construction est très sympathique. Les chapitres, longs de trois pages maximum, permettent une avancée au rythme du camion: pas beaucoup, mais un peu quand même. Et peu à peu, ça fait une histoire. L’ensemble est agréable, même si je reste sur la réserve quant à la fin du texte. C’est une lecture agréable, simple, sans prétention, tout à fait abordable par des adolescents.

Une phrase m’a beaucoup plu, et je la retiens comme mantra pour les jours à venir: « Arriver au terme d’un projet, était-ce forcément le réussir? » (p. 44)

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire