Le Montespan

Roman de Jean Teulé.

Louis-Henri, marquis de Montespan, est un époux comblé. Françoise est assurément la femme la plus belle du royaume, et elle l’aime d’une commune passion. Mais un tel trésor ne peut que faire naître les convoitises. Nommée dame de compagnie de la reine Marie-Thérèse, Françoise de Montespan ne tarde pas à se soumettre et à succomber aux désirs du Roi-Soleil. Tout autre époux que Louis-Henri aurait tiré profit de cette union adultère. Mais en Gascon simple et homme amoureux, il refuse de céder son épouse à un autre, fût-il roi de France. Téméraire et insoumis, il accuse le roi. Son carrosse, repeint de noir et affublé de bois de cerf, annonce partout la honte qu’il subit. Ne cédant ni aux cadeaux ni aux menaces, retranché sur ses terres de Guyenne, il attend le retour de sa femme.

Truculente et enlevée, cette biographie du marquis de Montespan ne manque pas de piquant. L’auteur appelle les chats par leur noms, et les grands de l’Histoire sont rhabillés pour l’hiver. Je doute que les gravures et autres illustrations aient pour but premier d’informer. Il s’agit surtout de faire rire. Voilà un roman qui se lit en une demi-journée, parfait pour occuper une après-midi trop longue, derrière une vitre au soleil.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire