Tropique du Cancer

Texte largement autobiographique d’Henry Miller.

Le narrateur, écrivain américain isolé en France, fait le récit de ses nuits de débauche et de ses amitiés masculines. Il aspire à devenir un écrivain du vice. Il suit le fil de ses pensées, entre considérations littéraires et vitupérations antisémites.

Voilà un texte abandonné à la page 164. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Mais décidément, je ne suis pas fan des récits érotico-porno-intellectuels. Lire page après page l’immense considération que le narrateur/auteur nourrit envers son organe et ses performances sexuelles, cela m’a agacée avant de me lasser. Prétendre faire tout un texte sur ce genre de postulat, ça ne marche pas pour moi. Lire la litanie des noms de femmes qui passent entre ses draps (Irène, Tania, Llona, Mona, Elsa, Fanny, Germaine, Claude, etc.), ça ne m’intéresse pas davantage.

J’ai cherché, en vain, le sens du titre. Le tropique du cancer, géographiquement, ça veut dire quelque chose. Pour ce texte, je ne vois pas. Chercher l’explication dans le texte, c’est une autre épreuve. Le langage est cru, anatomique, putassier. Bien entendu, ça colle au sujet, mais je n’aime pas le langage vulgaire quand il ne mène à rien.

J’ai sans doute manqué le meilleur, ou peut-être suis-je simplement passée à côté de l’intérêt du texte, mais je ne le reprendrai pas, à moins que quelqu’un soit capable de m’en dire autre chose que « Il est trooooop bien ! ». Je voulais lire au moins un texte de Miller, pour faire pendant à ma lecture estivale de Venus Erotica d’Anaïs Nin. L’un comme l’autre m’ont déçu/déplu. Nin/Miller, c’est fait, je passe à autre chose !

Ce contenu a été publié dans Mon Enfer. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire