Le dernier des Mohicans

Roman de James Fenimore Cooper.

En 1757, la guerre fait rage sur le Nouveau Monde entre les Français et les Anglais. Le peuple indien, composé de nombreuses tribus, a choisi ses alliés : les Hurons combattent aux côtés des Français et du général Montcalm alors que les Mohicans ont choisi le camp anglais. Sur les rives de l’Hudson, le Fort William-Henry, dirigé par le commandant Munro, attend les renforts que doit envoyer le Fort Edward, sous la direction du général Webb. Mais les hommes de ce dernier n’arrivent pas et le Fort William-Henry est assiégé. Les filles du commandant Munro bravent les dangers de la forêt pour rejoindre leur père. Escortées par le major Duncan Heyward et le maître de chant David La Gamme, les demoiselles tombent dans une embuscade menée par les Hurons. Le chef de cette troupe, Renard Subtil, cherche depuis à longtemps à se venger de Munro et désire s’emparer de Cora pour en faire son épouse. Mais c’est compter sans l’aide d’un chasseur blanc, Oeil de Faucon, rompu à la vie sauvage et au combat, et celle de deux Mohicans, Chingachgook et son fils Uncas, « le dernier des Mohicans. » (p. 35) De bataille en reddition, d’enlèvement en traque humaine, les héros parcourent le Nord-Est américain, s’enfonçant toujours plus avant dans ses forêts, ses montagnes et ses dangers.

Tout concourt à faire de cette œuvre un parfait moment d’apprentissage ludique : le texte présente, certes romancée, la bataille de Fort William-Henry qui opposa les Anglais aux Français pendant la guerre de Sept Ans. Ce roman d’aventure a de quoi séduire les amateurs du genre : le rythme est soutenu, les séquences romanesques ne durent jamais très longtemps et ouvrent toujours sur des rebondissements palpitants, les héros sont vaillants et intrépides, les ennemis sont perfides et brutaux, les combats sont âpres et précisément dépeints, etc. Pas étonnant que le roman de Cooper ait séduit tant de jeunes lecteurs !

La description des relations entre les Blancs et les Peaux-Rouges souffre néanmoins de l’ethnocentrisme de l’auteur qui a écrit ce roman en 1826. James Fenimore Cooper oscille entre une tendresse paternaliste envers un bon sauvage prometteur (« Uncas, lui-même, […] prouvait, en laissant deviner son émotion, que même les Indiens savaient et sauraient un jour éprouver et manifester leurs sentiements sans fausse honte. » p. 128) et un dégoût prononcé pour les indigènes non civilisés. Mais son récit donne la mesure des dégradations que l’homme blanc a apportées dans un mode de vie ancestral. Renard Subtil est soumis au démon de la bouteille et les Indiens en général souffrent du recul des frontières de leurs territoires. La mort de Uncas signe l’extinction d’un peuple déjà condamné.

Mais ce roman ne signe pas la victoire des Blancs sur les Indiens. D’une part, les Anglais sont défaits face aux Français dans la bataille de Fort William-Henry. Même si Montcalm lui offre des termes de reddition avantageux qui préservent son honneur, l’armée britannique est en déroute. D’autre part, Uncas n’est pas la seule victime du récit. Cora, si belle et courageuse, perd la vie sans aucun profit puisque sa sœur était déjà sauve. Sa mort est aussi cruelle qu’inutile.

La forêt est un élément majeur de l’histoire et pas simplement un décor. Elle motive l’action puisque c’est elle qui dissimule les ennemis, qui offre des refuges et qui ralentit les missions de sauvetage. Les reproductions de gravures de Michal Andriolli montrent une nature hostile et rugueuse, en totale opposition avec la grâce et la finesse des filles Munro. Les hommes, quant à eux, s’inscrivent dans le paysage à divers degrés : les Indiens s’y fondent, les Visages Pâles s’y perdent hormis Œil de Faucon. L’auteur sait également pointer le devenir de la forêt : au même titre que les Indiens, elle est vouée à reculer voire à disparaître.

Aussi agréable que fût cette lecture, la surabondance de surnoms donnés aux Indiens m’a parfois interloquée. Pas facile de s’y retrouver quand un personnage change de nom 4 fois en un paragraphe ! Mais c’est un détail secondaire. La lecture est rapide et on ne s’ennuie pas.

Maintenant, quand je compare le texte et le film de Michael Mann avec Daniel Day-Lewis, je ne peux que déplorer une adaptation cinématographique désastreuse ! L’intérêt du film porte sur la romance entre Cora et Œil de Faucon, romance que Cooper s’est bien gardée d’écrire ! En outre, Œil de Faucon devient à l’écran le frère adoptif de Uncas et perd tout l’intérêt qui faisait son personnage. Enfin, ce pauvre Uncas est totalement occulté par la force et la prestance du Blanc ! Si ce n’est pas de la réécriture à la sauce blanche, je ne sais pas ce que c’est !

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire