Inoubliables, portraits de femmes

Photos de Jean Lattes, rassemblées par Janine Lattès.

Jean Lattès a été photographe pour Elle, Nouveau Femina, Look et d’autres magazines de renom. C’est dire s’il en a vu des femmes ! Portraitiste de talent, il a immortalisé entre 1950 et 1975 des femmes sur qui le temps semble glisser. Au gré des femmes dont s’est saisi son objectif, Jean Lattès nous donne une leçon de féminité et d’élégance. Dans sa préface, Juliette Gréco remercie le photographe et donne une clé de son art : « Comme il nous a aimées ! Toutes. Avec une infinie délicatesse, un regard tendre, attentif, bienveillant, amusé parfois. Il était à la recherche de nos secrets, mais avec respect. » (p. 10)

Le lecteur chemine dans un panthéon érotico-amoureux et artistique où la beauté n’attend pas le nombre des années. Si les photos sont sensuelles, elles le sont sans agressivité. Au fil des pages se déploient un âge d’or et une mythologie de la femme, être superbe qui pourtant reste étonnamment moderne puisque la féminité ne se démode pas.

Jean Lattès offre des photos posées avec des regards rivés à l’objectif, des entre-deux saisis par miracle ou encore des portraits fondus et presque impalpables. Le noir et blanc, omniprésent, sublime la femme sans l’empoussiérer. Ici, les souvenirs sont vivants. Si les jeunes beautés sont légion, on trouve aussi des vieilles sublimes qui crèvent la page : loin d’être un cliché, l’âge rehausse l’éclat patiné des femmes.

Et qui sont-elles de femmes ? Des actrices, des chanteuses, des femmes de sciences, des photographes, des auteures, etc. Toutes des étoiles en somme. Leur nom sont magiques, évocateurs de cinéma, de musique, de papier et de tant d’autres choses : Édith Piaf, la belle Simone Signoret, Françoise Hardy, Lauren Bacall, Brigitte Bardot, Michèle Morgan, Françoise Sagan, Jane Fonda, Céleste Alberet (la dame de compagnie de Marcel Proust), Irène Papas, Marie Laforet, Danielle Darrieux, Annie Girardeau, Jeanne Moreau, Zizi Jeanmaire, la grande Marguerite Duras, etc. Vous en voulez encore ? Alors ouvrez l’ouvrage de Jean Lattès et redécouvrez ces femmes françaises et internationales, en tout cas universelles. Et si leur nom ne vous dit rien, courez en fin de livre et lisez les notices biographiques de chacune. De l’une à l’autre, faites des bonds dans le temps, offrez-vous une nouvelle séance… photos.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire