Haddon Hall : Quand David inventa Bowie

Roman graphique de Néjib

Avant d’être mondialement connu, David Bowie a galéré dans les coulisses du succès. L’histoire de ces années aigres-douces, c’est une maison qui les raconte : « On m’appelait Haddon Hall. J’étais une vieille demeure de la banlieue londonienne. On me louait meublée. » Le jour où David et sa jeune épouse Angie emménagent, un vent de nouveauté et de folie souffle sur la bâtisse. « Lorsqu’ils dirent oui à l’agent immobilier, ma charpente fut parcourue d’un délicieux frisson ! Bienvenue à Haddon Hall mes amis ! » Haddon Hall s’ouvre très vite aux amis du couple : musiciens, artistes et proches se côtoient dans ce qui devient un creuset bouillonnant de création et d’ambition. Après plusieurs albums, David cherche encore le succès et il se cherche en tant qu’artiste : il sait qu’il doit se démarquer. « Petit à petit, la nouveauté devenait la principale addiction de David. » C’est ainsi, presque par hasard, que naît le glamrock et que naît Bowie, personnage musical qui éclate tel un météore.

Marc Bolan, Tony Visconti, De Fries, John Lennon et tous ceux qui ont gravité autour du Thin White Duke sont là. Cet album retrace avec humour l’histoire de la pop anglaise des Sixties : « Pourquoi l’Angleterre est-elle le pays de la pop ? Parce qu’il pleut tout le temps, bien sûr. Alors au lieu de sortir, les gars travaillaient. » S’il ne faut que de la pluie pour favoriser le génie, j’émigre immédiatement ! Sans porter de jugement, l’auteur dessine les échecs, les déceptions et les trahisons qu’a connus Bowie. En matière de biographie, j’avoue qu’il manque quelques précisions, mais cet album se lit avec plaisir (et passion pour la Bowie-fan que je suis). Les quelques intermèdes qui ponctuent l’album sont à la fois hilarants et très émouvants. Néjib présente délicatement la relation entre David et son frère schizophrène, Terry. La tendresse et la complicité qui unissent les deux frères s’opposent magistralement à la froideur des parents Jones.

La plume de Néjib nous emmène bien loin de la planche traditionnelle et des cases sages. Ici, le dessin est libre et très dynamique, sans cesse mouvant. Je gage que David n’a pas deux fois le même profil ! L’image est pointue et acidulée et elle m’a fait l’effet délicieux des bonbons qui crépitent sur la langue ou d’un bubble-gum inusable aux saveurs de légende. J’ai plongé avec extase dans ces grands mélimélos de couleurs et de formes qui célèbrent les Sixties. Détail intéressant : la musique se fait paysage et dessin, comme dans un calligramme en partition, une écriture musicale qui ne se plie pas aux frontières de la ligne.

Faut-il connaître et/ou aimer David Bowie pour lire et apprécier cet album ? Probablement parce que les références sont nombreuses et qu’il faut lire entre les dessins. Mais cet album est surtout l’histoire d’un artiste qui se découvre et qui se façonne, avec ses doutes et ses espoirs. « L’artiste est par nature un être insatisfait. Parfois, il se surprend à connaître des moments de plénitude. Mais ce sentiment le quitte aussi vite qu’il est venu. » Un album à lire au son de l’excellent Hunky Dory ou de l’incroyable Space Oddity !

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *