Emmeline

Roman d’Elizabeth Bowen.

Récemment veuve, Cecilia rentre à Londres. Elle n’a qu’une hâte, celle de retrouver sa jeune belle-sœur, Emmeline. « Ce mariage, si bref qu’il n’avait pas perdu son caractère d’évènement, avait transformé Cecilia d’une jeune fille véhémente et mystérieuse en une veuve stupéfaite. Elle se sentait perdue dans la vie. L’incrédulité qui avait marqué son entrée dans le bonheur donnait encore le ton à sa douleur. » (p. 19) Les deux jeunes femmes partagent un logement et sont heureuses l’une auprès de l’autre.

Cecilia est audacieuse et parfois indélicate. Emmeline est plus sensible et plus romantique. Pourtant, bien que plus jeune et plus inexpérimentée, elle semble plus sage que sa belle-sœur. « Le point de vue d’Emmeline était l’un des rares repères de Cecilia. » (p. 65) Mais les amours sont toujours objet de discorde dans un quotidien idyllique. Cecilia commence à fréquenter Julian, un riche oisif. De son côté, Emmeline succombe au charme de Mark Linkwater, un quadragénaire un rien butor. Insensiblement, les deux amies s’éloignent l’une de l’autre et suivent les inclinations de leur cœur.

Me voilà très déçue par ce roman et j’accuse la quatrième de couverture qui présente les dernières pages. Je me suis donc puissamment ennuyée et impatientée en lisant la première partie. Ensuite, le mal était fait et je n’ai pas réussi à m’intéresser à ce roman qui est pourtant brillamment écrit. L’indolence insolente des personnages m’a agacée. En outre, je n’ai pas retrouvé l’ambiance si particulière des années 1930, entre insouciance et inquiétude. Bref, la quatrième de couverture a gâché tout mon plaisir. Abstenez-vous de la lire !

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire