Délivrez-moi !

Tome 1 : L’affaire Jane Eyre

Roman de Jasper Fforde.

Thursday Next a vaincu Achéron Hadès, elle a enfermé un des agents du groupe Goliath dans un poème d’Edgar Allan Poe et elle a libéré son oncle Mycroft et sa tante Polly. Depuis qu’elle a changé la fin de Jane Eyre – ce qui lui vaut un procès – et sauvé le roman, elle est célèbre, mais le feu des projecteurs, ce n’est pas son truc. Elle préférerait vivre tranquillement avec son mari, Landen, et continuer à travailler chez les LittéraTecs. D’autant plus qu’on annonce que la découverte d’un manuscrit d’une pièce inédite de Shakespeare, que et tout le monde veut découvrir ce fameux Cardenio. Thursday Next découvre aussi que les changements d’entropie et les coïncidences ne sont jamais gage de tranquillité. « Il y a un peu trop de coïncidences autour de moi en ce moment… je pense que quelqu’un cherche à me tuer. » (p. 123) De plus, son père revient du futur et lui annonce que le monde va être détruit jusqu’à devenir une étrange bouillie rose. Et voilà que Landen disparaît, éradiqué par le groupe Goliath qui veut récupérer son agent. Mais pour libérer Jack Maird du Corbeau, Thursday doit entrer dans le livre, ce qui est bien difficile puisque le portail de la prose a été détruit. Sous la tutelle de Miss Havisham, elle découvre la Jurifiction. « La Jurifiction est une agence interne aux romans et son rôle est de préserver l’intégrité des œuvres de fiction populaire. » (p. 188) Ah, et en plus, Pickwick, son dodo domestique, a pondu un œuf.

Deuxième volet des aventures l’agent Thursday Next. C’est toujours aussi délicieux de se promener de livre en livre au gré de l’imagination débordante de l’auteur. Les personnages de classiques deviennent des personnages de son roman et la frontière entre monde extérieur et monde des livres s’atténue. Si vous voulez communiquer en toute discrétion, utilisez donc les notes de bas de page. En arrière-plan, le grand méchant prend de l’ampleur : le groupe Goliath a tout du vilain conglomérat avide aux desseins machiavéliques. « Ce que vous avez un mal fou à comprendre, c’est que Goliath est tout ce dont vous aurez jamais besoin. Tout ce dont chacun aura jamais besoin. Notre production va du berceau au cercueil. » (p. 116) On trouve encore des personnages aux noms à pleurer de rire, comme Diane Chassereiss ou Sassan LeRoussi, avocat de son état. Un grand bravo à la traductrice, Roxane Azimi, qui nous permet de nous régaler de bons mots et autres drôleries stylistiques. La suite très vite !

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *