Aurélien

Roman de Louis Aragon.

Aurélien est un jeune rentier oisif qui enchaîne les aventures amoureuses dans le Paris mondain des années 1920. Revenu de la guerre, il déborde d’une énergie dont il ne sait que faire, et il traîne son ennui sur les quais de la seine, entre réceptions, affaires et ateliers d’artistes. Chez son ami Barbentane, il rencontre un jour Bérénice Morel, épouse d’un pharmacien de province, venue prendre du repos et du bon temps dans la capitale. D’abord insensible à la jeune femme, Aurélien va en tomber fou amoureux. Les deux jeunes gens vont partager un amour passionnée qui ne sera jamais consommé: les malentendus, les disputes, le goût d’absolu et les distances vont les éloigner. Après un projet de fuite amoureuse avortée, Bérénice revient à son mari et Aurélien retourne à son ennui. Les deux amants se retrouvent des années plus tard, quand les Allemands envahissent le pays. Entre eux, l’amour refleurit, mais le destin s’acharne.

D’Aragon, j’aime surtout la poésie surréaliste. Néanmoins, le livre est beau, l’écriture soignée, parfois exubérante. Certaines descriptions feraient pâlir d’envie Balzac et consorts, par leur longueur et leur précision. J’avais beaucoup aimé le téléfilm où Romane Bohringer incarne Bérénice. Après lecture de l’œuvre, il me semble que le rôle lui convient parfaitement.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire