Le désert des Tartares

Roman de Dino Buzzati.

Giovanni Drogo est nouvellement sorti de l’école des officiers. Sa première affectation est au fort Bastiani, à la frontière nord du pays. Ambitieux, Drogo refuse d’enterrer sa jeunesse et sa carrière dans ce bastion reculé, face à un désert immobile. Mais les années passent, et Drogo reste. Devenu capitaine, et comme tant d’autres avant lui, Drogo attend la guerre, convaincu que l’ennemi viendra du Nord, et que le fort Bastiani sera le théâtre d’affrontements glorieux. Mais rien jamais ne se passe, sauf quelques incidents et fausses alertes. Néanmoins, Giovanni Drogo se tient prêt, plein d’espoir, tendu dans l’attente de moments sublimes qui justifieront son existence sacrifiée au fort Bastiani et au désert des Tartares.

D’abord inquiète à la lecture des premières pages, j’ai été séduite par la narration lente et désabusée. Le caractère du héros se dessine lentement, se détache et s’impose, magnifique, héros du néant. J’ai retrouvé dans ce texte certains échos du Rivages des Syrtes de Julien Gracq.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire