Le premier amour est toujours le dernier

Recueil de nouvelles de Tahar Ben Jelloun.

Histoires d’amour et de sexualité dans le monde où les hommes se croient tout permis. L’Orient d’aujourd’hui n’est plus celui des 1001 nuits, mais certaines barrières demeurent. L’auteur honore pourtant ces femmes qui, dans un monde qui tente de s’ouvrir, cherche l’amour.

Toutes les nouvelles ne se valent pas. Mais globalement, c’est très bien écrit, dans un style particulier. Tout semble être raconté comme un conte oriental, mais la fin est toujours bien différente des récits de Shéhérazade.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire