Déloger l’animal

Roman de Véronique Ovaldé.

Rose a quinze ans, mais son corps et son esprit sont ceux d’une enfant de sept ans. Fille spéciale, un peu attardée, elle vit dans un monde de songes et de représentations fantasmagoriques. Ses seuls amis sont les lapins qu’elle élève sur la terrasse. Vient un jour où sa mère disparaît. Rose se lance alors dans la découverte de l’histoire de ses parents et de leur rencontre. Aidée par une vieille voisine, Madame Isis, elle tente de percer les mystères de la calvitie de sa mère, de l’identité de son vrai père et des raisons du départ de sa mère. « Je fabrique quelque chose, j’ajoute à cet appareil une pincée de tout de que je connais de maman Rose et de Markus, je saupoudre, je colmate et j’invente jusqu’à ça tienne debout, je m’échine à ce que leur histoire tienne debout. » (p. 108) Mais à trop gratter sous la surface des choses, il apparaît souvent que la vérité est moins belle que l’imagination.

Rose est fascinée par sa mère, créature magnifique et outrageusement coquette. « Je m’appelle Rose comme ma mère. » (p. 21) Ce prénom en partage est un trésor extraordinaire pour la jeune fille. Si elle le pouvait, Rose ne ferait qu’un avec sa mère. Mais la distance de celle-ci sonne comme une dépossession : « C’est tout ce qui m’est resté de cette époque, l’anxiété de maman avant l’arrivée du livreur du journaux et le bruit du sable quand il fabrique des dunes. » (p. 38) Rose cherche tous les stratagèmes pour attirer l’attention de celle qui ne rêve que d’ailleurs. Sa disparition est alors la pire des trahisons : « Comment avait-elle osé partir et ne pas m’emmener ? J’ai pris la disparition de maman entre mes mains, j’en ai fait une boule toute serrée, je l’ai avalée pour que l’ennemi ne la trouve pas. » (p. 52)

Étrange personnage que Rose, entièrement tournée vers l’autodestruction qui devient moyen d’exister : « il s’agissait simplement de moi, moi qui ne me voulait peut-être pas du bien, moi contre moi, moi toute seule contre moi. » (p. 50) Entre la compassion et l’agacement, difficile de définir mes sentiments pour Rose et pour ce roman en général. L’auteure écrit du point de vue d’une enfant attardée : ce présupposé devrait enjoindre le lecteur à douter de toutes les réflexions de Rose. Mais la conclusion est tellement déceptive que l’on préfère les certitudes de Rose. Je suppose que le lecteur est mis dans la même position que l’héroïne quand elle voit s’effondrer la belle histoire qu’elle a conçue autour de ses parents. Je sors troublée de cette histoire après une lecture très dérangeante. Le malaise persiste et je me demande si l’animal à déloger, ce n’est finalement pas le lecteur qui n’a pas le loisir de rester tranquillement derrière son livre.

De la même auteure, j’ai lu Et mon cœur transparent et Ce que je sais de Vera Candida.

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire