L’enfant noir

Récit autobiographique de Camara Laye.

Ceci est le récit de l’enfance et de la jeunesse de l’auteur. Enfant, il a entendu les légendes sur le petit serpent noir qui protège sa race et qui parle à son père pendant la nuit. Il a vu son père forger les métaux et façonner l’or. « Toujours, je l’ai vu intransigeant dans son respect des rites. » (p. 33) Entre Tindican, à la campagne, et Kouroussa, à la ville, il a grandi, il a appris les traditions et les contes. Camara sait qu’il que la magie existe et il ne cherche pas à l’expliquer. Son père et sa mère en sont pétris et l’utilisent avec puissance et sagesse.

Camara fait des apprentissages de grande importance. Il y a la circoncision qui le fait homme et le sépare de l’enfance et de sa mère. « Des hommes ! Oui, nous étions enfin des hommes, mais le prix en était élevé ! » (p. 142) Puis il y a l’école française, le collège technique et, bientôt, la France. « Il fallait que le désir d’apprendre fût chevillé au corps, pour résister à semblable traitement. » (p. 85) Peu à peu déraciné de son village, puis de son pays, Camara s’européanise subtilement.

Je n’ai pas vraiment pris de plaisir à cette lecture. Ce récit autobiographique m’a vaguement ennuyée et les descriptions de l’Afrique noire et de ses rites n’ont pas sauvé ce texte. On découvre un Islam mêlé de grigri et de magie, de superstitions et de sagesse. La langue est française, mais l’esprit du texte est africain et on lit des expressions et des tournures grammaticales désuètes ou inédites. L’oralité prime et la phrase s’adapte au souffle. C’est une lecture que l’on peut faire à voix haute, pour saisir le rythme des mots. Mais dans l’ensemble, je ne retiens pas grand-chose de cette lecture très rapide.

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire