L’été de l’ours

Roman de Bella Pollen.

Nicky Fleming, diplomate anglais à Bonn, a été retrouvé mort. Tout laisse supposer un suicide, mais il y a des inconnues dans la disparition de cet agent. Était-il un espion passé à l’Est ? A-t-il trahi son pays en pleine Guerre froide ? « Il existait une faille dans le procès maison de Nicky Fleming. Qu’il soit coupable était accepté comme un fait avéré. Mais de quoi, personne n’en savait rien. » (p. 131) Pour surmonter la perte de Nicky, son épouse Letty décide de s’installer sur une île isolée des Hébrides-extérieures. « Par le passé, cette île désolée des Hébrides avait été le refuge de toutes sortes d’âmes perdues. » (p. 33)

À leur arrivée, toute l’île se passionne pour un ours de foire qui s’est échappé et qui rôde dans les environs. Personne n’a vu le plantigrade, mais Jamie s’est mis en tête de le trouver, comme une ultime promesse qui le lie à son père. Cet ours n’a plus rien du fauve : capable de réflexion et d’émotion, il se laisse mourir de faim dans une grotte plutôt que de manger des charognes. Et il ne peut s’empêcher d’observer le petit garçon qui le cherche sur la falaise.

Avec ses trois enfants, Georgie, Alba et Jamie, Letty tente de faire front, mais se laisse submerger par le chagrin et l’incompréhension. « Ils ne semblaient plus former une famille. Plutôt un ramassis d’âmes endommagées liées les uns aux autres par une série de rites et de rythmes qu’ils contrôlaient mal. Mais peut-être était-ce la définition d’une famille. » (p. 24) Georgie, douce jeune fille, ne rêve que de changer de vie et se laisse aller à ses premiers émois amoureux. Alba est une adolescente féroce qui nourrit une haine tenace du monde et des gens, prenant son petit frère pour cible principale. Quant à Jamie, il vit dans un monde imaginaire et attend patiemment le retour de son père. « Car si Alba pouvait l’aimer, l’impossible devenait possible. On retrouverait l’ours. Son père disparu rentrerait à la maison, et son trou au cœur se réparerait. » (p. 249)

L’intrigue de ce roman est intéressante, mais la narration chaotique en rend la lecture pénible. On oscille sans cesse entre passé et présent et les évènements qui précédent la mort de Nicky se mêlent à la nouvelle vie de la famille Fleming. À force de me perdre dans le temps, j’ai fini par m’ennuyer et c’est sans grand intérêt que j’ai suivi la résolution du mystère politico-diplomatique qui entoure le suicide de Nicky. J’aurais aimé que les chapitres consacrés à l’ours soient plus longs, plus fouillés. Aussi touchante que soit l’histoire de cette famille endeuillée qui doit réapprendre à vivre et à faire confiance, elle n’a pas su m’émouvoir. Dommage, car cette histoire avait bien des choses pour me plaire. Mais la panne de lecture est toujours là. Rien ne me plaît vraiment et je compare tout au grand Zola, ce qui est une barre trop haute pour beaucoup de livres.

Ce contenu a été publié dans Ma Réserve. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *