Miss Charity

Roman de Marie-Aude Murail. Illustrations de Philippe Dumas.

Miss Charity Tiddler est une petite fille solitaire. Ses sœurs sont mortes en bas âge et elle n’a pour seule compagnie que sa bonne Tabitha et des petits animaux qu’elle recueille et sauve de la mort, quand elle le peut. « Peter révéla tout de suite sa nature confiante et malicieuse. Il adorait enfouir sa tête sous mon aisselle en rabattant les oreilles et passer de petits coups de langue sur mes joues. » (p. 75) Dans la nursery du troisième étage de la riche maison de ses parents, Charity se constitue une ménagerie d’animaux blessés ou destinés à la casserole. Ainsi défilent Madame Petitpas, Mme Tutu, Master Peter, Julius le rat, Darling le crapaud, Jack le hérisson, Cook le canard, Petrucio le corbeau. Charity est désespérément solitaire, incapable de se lier avec les enfants de son âge et rarement bienvenue dans les réunions d’adultes. En public, elle trompe son ennui en se récitant les pièces de Shakespeare qu’elle apprend pour son plus grand plaisir. Ce qui ne fait pas l’unanimité. « Elle récite du Shakespeare au milieu de tout un ramassis de bestioles. » (p. 93)

Pour Mrs Tiddler, il n’est plus possible de laisser l’enfant sans gouvernante. Arrive alors Mademoiselle Blanche Legros qui lui offrira le plus beau des cadeaux, celui de lui apprendre l’aquarelle. Dès lors, Charity ne cesse de croquer la nature dans les environs de la demeure de Dingley Bell et de dresser le portrait de ses petits amis à plumes et à poils. L’enfant se passionne pour l’étude des animaux, des champignons et de la nature. « À partir de ma huitième année, mon amour des animaux se doubla d’un véritable intérêt scientifique. » (p. 31) Même accompagnée d’une gouvernante, cette singulière enfant est une piètre pianiste et une médiocre danseuse. Elle est loin d’être une compagne à la hauteur de ses cousins Philip, Lydia et Ann. Et elle éprouve une singulière attraction pour le jeune Kenneth Ashley. « Ce garçon, qui se donnait des allures de dandy, devenait de plus en plus insupportable en vieillissant. » (p. 109)

De chapitre en chapitre, Charity grandit. La voilà adulte et toujours aussi solitaire, un peu perdue, uniquement passionnée par les animaux, la peinture et ses carnets d’étude. « Je crois que j’avais une terrible envie d’écrire quelque chose, mais je ne voyais absolument pas quoi. » (p. 201) Qu’à cela ne tienne, son amour pour les petits animaux sera sa source d’inspiration. Elle écrit les aventures de Master Peter, de Désirée la souris ou de Madame Tutu. Ses petits livres font fureur auprès des enfants et son avenir financier est assuré, au grand dam de sa mère qui désespère de la voir travailler et rester célibataire. Les années passant, Charity souffre de sa solitude, mais refuse de renoncer à son indépendance. Qu’il s’agisse du beau Kenneth Ashley ou d’un autre homme, Charity n’est pas de celles qui se laissent enfermer.

Miss Charity était une petite personne trop grave pour son âge et elle est devenue une jeune fille, puis une jeune femme parfaitement consciente de ses défauts, de son caractère de cochon et de sa volonté de vivre à sa guise, même si, certains jours, sa neurasthénie prend le dessus. « Je suis dans ma vingt-troisième année. Mais je me sens plus âgée. Et pourtant, je n’ai presque rien vécu. Les années immobiles comptent peut-être doubles. » (p. 425) Née et élevée dans une bourgeoisie oisive, l’enfant va à l’encontre des projets de sa mère, mais elle incarne une nouvelle génération de femmes. Elle fait de sa tendance à la folie et de son originalité sa force et c’est cela qui fait d’elle un personnage si attachant et si aimable.

Les dialogues sont de forme théâtrale, mais la narration est celle du roman. C’est tout l’esprit de cette petite fille qui met en scène ce qui lui tombe sous la main, mais qui pose aussi un regard grave et réfléchi sur sa vie et son entourage. En introduction, Marie-Aude Murail remercie le lapin de Beatrix Potter. Et tout son texte est un hommage à l’auteure des aventures de Peter Rabbit, mais aussi aux textes de Frances Burnett et de Kenneth Grahame où l’enfance et les animaux sont des sujets à la fois tendres et profonds. Les illustrations de Philippe Dumas sont douces et pointues, comme celles de Quentin Blake, célèbre illustrateur des romans de Roald Dahl. Elles parsèment le texte et lui confèrent une extraordinaire capacité d’émerveillement. Chaque page devient l’occasion d’une aquarelle, à la fois drôle et pétillante. Le texte distille un humour très anglais et pince-sans-rire, mais également un humour enfantin à la fois innocent et cruel. Ce roman de plus de 500 pages est un petit bijou de littérature jeunesse qui ravira également les parents. Il est à mettre entre les mains des jeunes lecteurs qui plongeront sans difficulté dans l’histoire de cette enfant fantasque, soupe au lait et adorable.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire