Les femmes aussi ont fait l’histoire

Ouvrage de Titiou Lecoq, adapté de son essai Les grandes oubliées. Pourquoi l’Histoire a effacé les femmes. Illustrations réalisées par de nombreux·ses artistes.

« J’ai écrit l’ouvrage que j’aurais aimé lire quand j’étais plus jeune. » (p. 13) Titiou Lecoq revient systématiquement sur chaque période de l’Histoire pour en démonter les idées reçues, balayer les clichés et rétablir les femmes à leurs places. Non, les femmes du Paléolithique ne se contentaient pas de la cueillette. « J’ai été stupéfaite de découvrir que nos ancêtres préhistoriques adoraient peindre ou graver des vulves sur les parois des grottes. Il y en a beaucoup plus que de symboles de pénis. » (p. 26) Mais le patriarcat a pris racine dans nos sociétés dès le néolithique, déniant aux femmes certaines libertés. Pourtant, les chercheur·euses retrouvent peu à peu la trace de guerrières féroces et de prêtresses respectées de l’Antiquité ou encore de chevaleresses valeureuses ou de reines puissantes au Moyen Âge. Avec la Renaissance s’impose la loi salique en France : les femmes ne peuvent plus être reine du pays, sauf par la régence. De nombreuses chasses aux sorcières sont lancées à travers l’Europe et l’Académie française, fondée au 17e siècle, cristallise une conception misogyne de la langue, effaçant les règles de majorité et de proximité, voire des mots comme « autrice ». « En réalité, on n’a pas seulement oublié le mot, c’est pire, la société a oublié les autrices qui avaient existé, leurs œuvres ont disparu des bibliothèques. » (p. 82) La Révolution française s’est encore une fois chargée de renvoyer les femmes dans les maisons, bridant leurs velléités d’expression et d’émancipation, puis le 19e siècle culmine au sommet des périodes sexistes. Mais gare au retour de bâton ! « Ce que les misogynes n’avaient pas prévu, c’est que plus on enlève de liberté à des personnes, plus elles risquent de se révolter. » (p. 112) C’est là que se formalise vraiment le féminisme.

De tout temps, les femmes ont porté des revendications, mais avec le féminisme, elles affirment qu’elles ne se laisseront plus renvoyer au foyer et à la maternité et qu’elles refusent définitivement la passivité devant leur propre destin. Les deux guerres mondiales et la résistance leur donnent une place qu’elles refusent de rendre, à raison. Au nombre des victoires des féministes, il faut compter l’acquisition du droit de vote, l’abrogation du Code Napoléon en France ou encore le droit à l’avortement et à la contraception. Les luttes se poursuivent, car les droits de femmes ne sont jamais acquis : il faut sans cesse les défendre et en réclamer d’autres, et ce tant que le monde ne sera pas véritablement et définitivement égalitaire. « Cette histoire nous concerne toutes et tous, parce que, pour lutter contre les inégalités entre les femmes et les hommes, il faut comprendre d’où elles viennent. Pour construire une société plus juste demain, nous avons besoin de connaître notre passé. » (p. 14)

Cette adaptation en album pour la jeunesse est une réussite. Les propos sont clairs, finement expliqués et non dénués d’humour. Ce bel ouvrage rejoint évidemment mon étagère féministe. De Titiou Lecoq, je vous recommande également Les morues et Honoré et moi.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire