Erik Orsenna et l’Archipel des Mots

Romans d’Erik Orsenna.

La grammaire est une chanson douce

Thomas et Jeanne, frère et sœur, ont perdu tous leurs mots après la fabuleuse tempête qui a submergé le bateau qui les conduisait en Amérique, vers leurs parents. Arrivés sur une île inconnue, ils sont recueillis par un vieil homme noir très souriant et son beau petit-fils, Jeanne et Thomas commencent à redécouvrir les mots, les phrases. Ils réapprennent à les aimer et à les respecter.  La richesse de la langue et le plaisir d’en user s’emparent d’eux. Les enfants rencontrent des phrases abîmées, des mots galvaudés et toute une organisation grammaticale. Sur cette île, il leur faut cependant se méfier de Nécrole pour qui la grammaire n’est qu’un outil, et pas une poésie.

Les chevaliers du Subjonctif

Jeanne et Thomas résident toujours dans l’Archipel des Mots. Jeanne tente, du haut de son adolescence timide, de percer le mystère de l’amour. Son enquête est perturbée par les peurs du didacteur Nécrole qui veut gendarmer la langue. Suspectée d’être une opposante au régime, elle s’enfuit sur l’île du Subjonctif pour retrouver Thomas. Là, elle découvre un univers peuplé de désirs et de possibles, où tout se dégage de la réalité pour la rendre plus belle, pour faire vivre l’espoir.

Voir aussi mon billet sur La révolte des accents, qui fait suite aux deux précédents titres.

L’Archipel des Mots réserve bien des surprises. On y fait des rencontres attendrissantes et drôles. Les mots prennent la parole, imposent leurs lois et leur mode de vie, comme ces adverbes farouchement célibataires qui refusent tous les accords. Jeanne est une jeune fille touchante et intrépide, parfois un peu agaçante. Tout semble ne devoir tourner qu’autour d’elle. Ce qui est joli dans son parcours et dans celui de son frère, c’est l’initiation à la vie toute en poésie, sans gros mots ni leçon de morale.

Les textes illustrés d’aquarelles sont parfaitement accessibles aux jeunes lecteurs. Ils proposent une approche ludique de la grammaire et quelques solutions pour en mémoriser des règles difficiles. A faire lire, sans aucun doute, aux enfants.

Voir aussi Dernières nouvelles des oiseaux, joli conte sur la liberté et l’indépendance des enfants.

Ce contenu a été publié dans Mon Alexandrie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire